Les dossiers 1090/40

Rénovation du Vaigrage sur un Feeling 416

Changer le vaigrage est souvent dû au fait que celui-ci vient à pendouiller lamentablement quand la sous-couche de mousse est dégradée.

Il commence d'abord par pocher puis, avec le temps, il finit par tomber.
Il est possible de le faire durer un peu plus en vissant des baquettes de maintien de façon à limiter le décollement. L'amélioration est de courte durée car les poches deviennent générales tout en restant acceptables grâce aux baguettes
photo-1-Vue du dessous du passe avant à tribord

La dégradation du vaigrage est inéluctable dans nos bateaux déjà anciens et elle est due au pourrissement de la sous-couche de mousse. Dès lors, il n'y qu'une seule solution : refaire à neuf avec un nouveau tissu choisi de préférence avec une sous couche en feutrine.

L'avantage d'un tissu avec sous couche en feutre est sa tenue dans le temps mais son inconvénient majeur est de ne pas supporter de se faire attaquer par une perceuse et son foret.

La sous couche de mousse s'enroule autours du foret et tout reste coincé.
Pour percer un trou, la solution est de faire au cutter à l'endroit à percer une fente préalable sur le vaigrage et sa feutrine puis de percer le trou. 

1° Matériel nécessaire

Quand la décision de refaire ce vaigrage est prise, il faut collecter les matériaux et l'outillage nécessaires. La liste non exhaustive en est indiquée ci-dessous :
• Spatule électrique Bosch PSE 180 E (qui ne se ferait plus mais on peut trouver l'équivalent avec une lame qui vibre longitudinalement)
• Bon aspirateur sans sac
• Masque facial à cartouches graphite
• Spatules acier de différentes largeurs
• Machine à coudre (à 3 points d'entraînement) + fil à voile
• Ciseaux de tapissier costauds et ciseaux d'électricien tout aussi costaud mais courts
• Cutters
photo-2-

• Tournevis, marteau pinces agrafeuse etc..
• Perceuse visseuse-dévisseuse sans fil
• Compresseur à air 50 litres
• Pistolet à peinture avec réservoir supérieur et buse 1.5 pour la colle néoprène
• Colle néoprène pistolable (Bostic) 10 litres ("Agoplac Pisto V6 neutre" ; environ 10€/litre)
• Dissolvant colle Bostic ("Agosolvant" 5 litres ; environ 8€/litre)
• Colle pour vinyle (en choisir une qui ne jaunit pas avec le temps)
• Tissus de vaigrage à sous couche en feutre. (37 mètres de "Puma" sur feutre achetés chez Alliaura Marine en 2008 à 25 Euros HT /m)

A quoi servent certains des éléments listés ci-dessus :
La spatule électrique Bosch sert à dégager toute la mousse résiduelle encore collée sur les panneaux. C'est un outil fantastique qui possède une large lame d'acier dont l'ergonomie est bien adaptée pour dégager la vieille mousse.
Le masque facial à cartouche graphite est obligatoire pour éviter d'inhaler des particules de mousse et plus tard se protéger des vapeurs de solvants de la colle néoprène. On est en milieu mal ventilé, ne l'oublions pas.
L'aspirateur sans sac est utilisé pour bien enlever toute la mousse ainsi dégagée et qui va partout lorsqu'elle est pulvérulente
La perceuse sans fil a plusieurs utilités :
Dévisser les nombreuses vis qui fixent les éléments à enlever (tringles à rideaux, garnitures de capots, panneaux latéraux des couchages etc....
Dévisser les vis grippées des contre plaques de hublots. Pour cela régler le débrayage du mandrin de façon à le faire percuter au dévissage du boulon récalcitrant. La perceuse fait office de clé à choc et en insistant, ce boulon vient tout seul et sans effort.

La machine à coudre sert a faire les ourlets de finition sur le nouveau tissus de vaigrage quand deux ou plusieurs panneaux viennent à se recouvrir. Il faut alors faire à l'identique de ce qui a été posé à l'origine.
A défaut de machine à coudre, il est possible de faire faire ces coutures chez un professionnel, qu'il soit voilier ou tapissier.

Le compresseur et le pistolet servent à projeter la colle néoprène sur la sous couche en feutrine des panneaux de vaigrage et leur support correspondant. L'encollage fait de cette manière est très économique car il y a très peu de colle à chaque fois et cette dernière est parfaitement répartie sur les zones à encoller. A titre indicatif, la feutrine prend à peine la couleur de la colle. Le port du masque à cartouches graphite est obligatoire.
La colle néoprène contenue dans le réservoir du pistolet peut rester plusieurs jours sans pour autant le colmater à condition que ce réservoir ne soit pas presque vide et qu'il soit fermé par son bouchon.
Accessoirement, le compresseur sert à bien dégager la poudre de mousse logée dans les recoins. 

2° Préparation du support

a Dégager le vieux vaigrage

Il n'y a aucune difficulté à enlever le vieux vaigrage car il tombe quasiment de lui-même.
Il faut conserver les pièces enlevées car elles vont servir de patron pour les nouvelles. Il faut repérer à quel endroit il est judicieux de tailler la nouvelle pièce dans les laizes de vaigrage en cherchant sur le plan de découpe ("plans d'atelier") (accès réservé aux membres du Club) à quel endroit il a été prévu de la tailler.
Bien entendu, il faut s'organiser pour se consacrer à une zone complète comme par exemple, une cabine ou encore tous les panneaux du carré en excluant les panneaux amovibles du plafond ( notés comme "plafonniers" dans les plans d'atelier). La mousse, dans sa forme pulvérulente va partout. Elle est à aspirer une fois que ce travail de mise à nu sur la zone complète est achevé. 

b Nettoyage de la surface de pose

Après avoir enlevé le vaigrage, le support est débarrassé de tous les résidus de mousse et de colle qui ont bouloché.

photo-3-photo-4-Voilà ce à quoi on peut s'attendre

Enlever la vieille mousse se fait très facilement avec la spatule électrique. Il est inutile de s'obstiner à enlever la vielle colle néoprène car la nouvelle adhèrera dessus sans problème. Il faut quand même veiller à avoir une surface assez régulière. Elle sera débarrassée des poussières et des bouloches de colle s'il en reste. Au besoin, un petit coup de brosse métallique à main est le bienvenu s'il y a trop d'aspérités. 

3° Rénovation du carré 

3-1 Préparation des supports non amovibles

photo-5-Résultat après avoir enlevé les résidus de mousse de l'ancien vaigrage

Cette photo est riche d'informations car elle permet d'illustrer à elle seule la plupart des problèmes rencontrés.
Outre la façon de traiter le problème du tirant de cadène, il y a aussi la façon de traiter les supports des panneaux amovibles du plafond du carré (les plafonniers), l'emplacement des vis des accessoires démontés, les surprises liées au travail du compagnon ayant réalisé le garnissage à l'origine, etc... 

a - Le tirant de cadène

photo-6-
Sauf à démonter complètement les menuiseries des banquettes, des placards du carré, etc. pour atteindre le ridoir de ce tirant, la seule solution pour passer le nouveau vaigrage autours de ces cadènes est de fendre (au cutter + règle métallique) proprement et nettement le nouveau tissu de vaigrage sur une longueur (par exemple, de la cadène vers la liseuse). Il faut ensuite poser le tissu ainsi fendu en le jointant bord à bord après avoir "passé" le tirant de cadène. 

b - Les surprises

Sur la même photo, les taches noires situées à l'angle cloison-coque sont constituées par du Sikaflex noir laissé en héritage lors de l'installation du vaigrage initial. Le vieux tissu était pris dedans et il a été impossible d'enlever le panneau garnissant la coque sans avoir à faire sauter ou casser cette garniture d'angle en bois.
Celle-ci a été clouée avec une clouteuse pneumatique projetant des clous en laiton. Pour démonter cela sans tout casser, il faut glisser sous cette pièce le long de la cloison, une petite spatule en acier bien affûtée pour couper le Sikaflex et faire sortir doucement les clous en laiton de la pièce de bois. La pièce de bois partie, le panneau de vaigrage est libéré et il vient facilement. Il est bon de récupérer les clous, les remettre droits et les replanter aux mêmes endroits sur la pièce de bois. Ni vu, ni connu, le nouveau vaigrage viendra se positionner correctement entre cette garniture re-fixée et la coque. 

c - Eviter de faire des trous supplémentaires dans la coque

photo-7-
Pour éviter d'avoir à faire des trous dans la coque (au risque de passer au travers) lors de la repose d'un élément enlevé au démontage, l'astuce consiste, après encollage du support, à mettre des petits bouts de cure dent en bois sur une profondeur d'environ 1 cm.
Sur la photo, c'est la tringle à rideau qui est prise comme exemple.
Lors de la pose du nouveau vaigrage, ces morceaux de bois font une bosse sur le vaigrage. Il suffit alors de fendre au cutter le tissu pour les faire sortir et la vis pourra revenir à la même place sans avoir à faire un nouveau pré-trou dans la coque.
Sur la même photo, la contre plaque du hublot a été enlevée. A l'encollage du panneau, penser à masquer au papier les parties visibles du hublot avant de projeter au pistolet la colle néoprène. 

d - Supports de panneaux amovibles au plafond du carré

photo-8-
Les panneaux amovibles du plafond du carré sont référencés sous l'appellation "Plafonniers" dans le document "plans d'atelier" (accès réservé aux membres du Club). Ils sont fixés grâce à des "Velcros" eux même agrafés sur des pièces de CTP vissées et calées en sous face du roof.
Ces "plafonniers" de carré ne sont pas jointifs et laissent apparaître une zone qu'il faut garnir de vaigrage. Pour garnir ces surfaces visibles, il faut tailler dans des chutes de tissu des bandes de vaigrage d'environ 4 à 5cm de large et de longueur suffisante.
Ces bandes sont séparées de leur feutrine puis le skaï nu est collé à la néoprène à même le CTP.
A défaut d'enlever la feutrine, les plafonniers ne tiendront pas car il y aura trop d'espace entre les parties males et femelle des tampons de fixation (noirs sur la photo). 

e - Insertion du vaigrage sous les joues latérale

photo-9-
Le tissu de vaigrage doit passer sous les joues latérales en contreplaqué ainsi que sous le "pare brise". Les menuiseries ont été fraisées à cet effet sur leur face interne afin de pouvoir faire glisser avec une spatule douce le tissu entre la coque et ces pièces.
Pour faciliter la mise en place du tissu, il faut éviter d'y mettre de la colle lors de l'encollage de la pièce car elle provoquera une résistance au glissement.
A certains endroits, il se peut que l'ouverture du passage soit insuffisante et pour pouvoir faire glisser le vaigrage facilement. Dans ce cas, ne pas hésiter à faire levier délicatement avec un outil ad hoc. Le CTP conserve une certaine souplesse et cela évitera de griffer le vaigrage. 

f - Résultat de la rénovation du carré tribord

photo-10
Le coté tribord et plus simple à regarnir que le coté bâbord car le vaigrage du plafond des rangements de la cuisine est une pièce indépendante du dessous du passe avant.
Ce n'est pas le cas du vaigrage de carré à bâbord car celui-ci est d'une seule pièce qui va du cabinet de toilette jusqu'à la cloison de la cabine avant. La souplesse du tissu fait que la pose de cette pièce de grande taille ne pose pas plus de difficultés que la pièce tribord 

3-2 RENOVATION DU VAIGRAGE DES PLAFONNIERS DU CARRE

Sur le "plan d'atelier" (accès réservé aux membres du Club) sont énumérés les différents panneaux amovibles du plafond du carré. Ils sont référencés par section, à savoir "Carré avant" et "Carré arrière". Il y 9 pièces pour le carré arrière et 10 pièces pour le carré avant. Il se trouve en fait qu'il y a 9 pièces pour chaque zone car les deux pièces 5 du carré avant n'en forment qu'une seule. Pour chacun des plafonniers, la technique de renouvellement est la même.
Commencer par dégager les restants de mousse à la spatule électrique sur les panneaux de contreplaqué et conserver les anciens morceaux de vaigrage comme patron. Il ne faut pas omettre de bien les repérer en indiquant au crayon papier ou au feutre leur numéro.
Les nouvelles pièces de tissu de vaigrage sont découpées en "prenant du gras" car elle doivent revenir sur la face cachée de chacun des CTP constituant ces pièces. Il vaut mieux conserver 4 à 5 cm à retourner sur la face interne des panneaux. L'adhésion par la colle néoprène n'en sera que meilleure.
Pour chaque angle de panneau, le vaigrage qui est à rabattre est coupé aux ciseaux pour former des languettes se collant sur la face cachée du CTP. Il faut veiller à ne pas aller trop loin pour que la coupe ne soit pas visible à l'angle. L'angle ainsi garni ne présente plus de jour laissant entrevoir la feutrine. Au besoin, quelques agrafes complèteront la fixation du vaigrage sur ces panneaux mais la colle néoprène, qui est de prise instantannée, suffit.
Photo-11

Les plafonniers refaits et mis en place dans le carré avant 

4° RENOVATION DU VAIGRAGE DES CABINES

4-1 - Préambule

Pour chacune des cabines du Feeling 416, on trouvera les mêmes contraintes rencontrées lors de la rénovation du carré, à savoir, l'insertion du vaigrage dans les joues de CTP d'orme, la pose sur les plafonniers amovibles, le repérage de vis des éléments fixés à même la coque etc....
Il vient s'ajouter aux contraintes précédentes le recouvrement d'une pièce de vaigrage par une ou plusieurs autres pièces. En effet la largeur du tissu est insuffisante pour couvrir en une fois certains panneaux.
Il y a aussi des angulations du plafond rendant impossible sans coupe un recouvrement esthétique. De plus, certains panneaux de vaigrages se terminent à plat au milieu d'une cloison (c'est le cas des cloisons entre la cabine et le couloir moteur.
Ces trois contraintes sont solutionnées par recouvrement de panneaux et finition des laizes par ourlet. C'est là où la machine à coudre trouve sa justification. 

4-2- Ourlet sur vaigrage

Il est inesthétique de plier et coudre le vaigrage tel qu'il est. En effet, la feutrine étant bien moins compressible que la mousse, l'ourlet serait trop épais. La technique retenue est la suivante :
Séparer feutrine et Skaï sur un bon centimètre puis couper aux ciseaux la seule bande de feutre ainsi désolidarisée du skaï.
Rabattre la bande de Skaï nue sur la feutrine, puis faire une couture à environ 5 à 6 mm du bord fini tout le long de la bordure ainsi formée. Il est aussi facile de faire des arrondis que des lignes droites avec cette méthode. 

4-3- Cabine avant

N'ayant pas eu à rénover le vaigrage de la version charter du 416 dans laquelle les cabines avant sont jumelles, ne sera présenté ici que le cas de la cabine avant de la version propriétaire. 

4-3-a- Préparation des supports non amovibles

Comme déjà dit, la spatule électrique est à l'œuvre pour dégager la vielle mousse sur les supports. La cabine étant complètement garnie de vaigrage, cela fait beaucoup de mousse à enlever. Il faut démonter les clayettes latérales d'orme et il y a un bon paquet de petites vis à enlever. Pour le remontage des clayettes latérales, 3 à 4 trous de vis sont à repérer avec les morceaux de cure dent après l'encollage des supports du vaigrage latéral. Les autres trous de vis seront repérés sans difficulté.
Photo-12
Plusieurs choses sont à noter ici :
- les plafonniers sont traités séparément comme dans le cas du carré
- il n'y a pas à habiller de vaigrage les supports de plafonniers vissés au pont car ces derniers sont jointifs.
- les contre plaques des hublots et capot ont été démontées et les tringles enlevées
- l'étagère qui est à mi hauteur dans la cabine ne peut par sortir de celle-ci. Il faut la démonter et passer le nouveau vaigrage de la coque avec l'étagère dans la cabine.
- La baille à mouillage sera à habiller de vaigrage avec ourlet car les panneaux recouvrent le vaigrage de la coque et des dessous de passe avant. 

4-3-b- Pose des panneaux de vaigrage

Les premiers panneaux sont posés en commençant par les dessous de passe avant. Les futurs panneaux de vaigrage garnissant la coque vont recouvrir les rabats. Ceux ci vont venir en sur épaisseur sous les futurs panneaux et il est bon de couper au cutter ces morceaux en ne laissant qu'environ 3 cm de rabat tout le long des passe avant.

photo-13
Comme déjà mentionné plus haut, la grande étagère est gênante pour refaire les panneaux latéraux habillant la coque et la baille à mouillage. Ce n'est pas insurmontable mais il vaut mieux réfléchir avant pour poser dans les meilleures conditions ces panneaux de vaigrage. L'insertion de ces derniers au niveau des menuiseries du placard penderie et des garnitures de la cloison de la salle d'eau avant, se fait sans problème particulier avec une spatule douce.
La colle pour vinyle mentionnée dans l'inventaire du matériel sert à coller entre eux les panneaux qui se recouvrent. En fait, la colle néoprène ne tient pas sur le skaï et en plus elle jaunit avec le temps. La colle pour vinyle est appliquée avec un coton tige. C'est un travail délicat et il faut mettre de la colle sur les deux morceaux à encoller puis presser à la main les zones pour les solidariser définitivement.

photo-14

Encollage à la colle pour vinyle des recouvrements de panneaux de vaigrage.

Pour terminer, il est bon de démonter les planches de bannette sous la literie de façon à faire passer et coincer le vaigrage entre ces planches et la coque. Ce n'est pas long à faire et ça finit bien la cabine.

photo-15

Fond de cabine avant avec les menuiseries remontées. 

4-4-Cabines arrière

Les cabines arrière sont rénovées de la même façon que la cabine avant. Il y a un soin particulier à apporter à certains panneaux de vaigrage car ils sont dans le champ de vision en entrant dans la cabine. C'est le cas de celui garnissant la cloison du moteur puisque le panneau de skaï s'arrête en plein milieu de la cloison. C'est aussi le cas des pièces de vaigrage garnissant les hiloires de cockpit. Pour le reste on retrouve là aussi la réfection du plafonnier de cabine, l'encastrement sous les menuiseries des panneaux de vaigrage
C'est dans ces cabines que le nombre d'ourlets à faire (ou faire faire) est le plus important. On trouve ces ourlets quasiment sur toutes les pièces de vaigrage à savoir :
- le panneau situé au plafond en fond de cabine (sous les caissons de cockpit)
- les panneaux des hiloires de cockpit où se trouve encastré un des hublot
- le panneau porté par la cloison du moteur

photo-16

Position des ourlets de finition dans la cabine arrière 

5 Conclusion

Refaire le vaigrage de son bateau lui donne un sacré coup de jeunesse. Le travail est certainement important mais le résultat obtenu récompense de ses efforts.

Il y a certainement plusieurs façons différentes de refaire un vaigrage en particulier au niveau du choix de la matière première (tissu de vaigrage) et de la colle.
Certains préconisent la colle Ovalite F moins odorante et permettant le repositionnement des pièces à coller. Elle est nettement plus chère que la néoprène et sa tenue dans le temps en milieu humide et marin n'a pas encore suffisamment de recul.
La colle néoprène est utilisée dans bon nombre de secteurs dont l'encollage des vaigrages. Sa longévité n'est pas à prouver et ses inconvénients connus n'en sont pas réellement (toxicité et repositionnement impossible).
Les odeurs et la toxicité de son solvant sont évitées avec un masque à cartouche graphite. L'adhésivité de cette colle persiste quand même assez longtemps puisque l'encollage se fait à sec. Les odeurs de solvant ne restent pas dans le bateau et en 5 à 10 mn et l'atmosphère est respirable sans risque pour la santé; enfin, pour ma part, je n'ai aucun souci à ce sujet.

Dans le cas de la réfection du vaigrage, les panneaux de tissus sont tout à fait repositionnables quitte au besoin à re-projeter de la colle au pistolet. Avec la colle néoprène, l'impossibilité de repositionner est vraie pour du placage bois ou autre pièces rigides mais nous n'avons pas été gênés par cet inconvénient car la feutrine fait fusible puisqu'à la présentation du panneau sur son support le maintien de cette pièce se fait sur 10 à 15% des surfaces encollées. Lorsque la pièce de tissu a trouvé sa place, la fixation définitive est faite en lissant à la main la surface couverte

Pour plus d'informations, ne pas hésiter à me contacter

Alain, sur Fanny de Laninon

Seuls les adhérents peuvent ajouter un commentaire.