Les dossiers 1090/40

Peinture de coque de Midigui

Avant de peindre les œuvres mortes du bateau nous avons entièrement décapé les œuvres vives. Après une sortie d'eau, nous avons constaté que le revêtement sous la ligne de flottaison se décollait par endroit et se fissurait également. Nous avons pris la décision de refaire intégralement le traitement des œuvres vives.
Grosse galère pour enlever le revêtement posé par l'ancien propriétaire. Par endroit il y avait jusqu'à 4 à 5 mm d'épaisseur de produit !!! J'ai utilisé différentes méthodes pour enlever le support. J'ai commencé par utiliser un grattoir type Sandvik . le support était tellement dur que je galérai pour enlever l'ancien produit, ½ journée par mètre carré !!! J'ai investi dans un produit censé l'enlever sur le conseil d'une grande enseigne bien connue de nos ship préféré. Résultat nul !!!
Sur les conseils d'un pro sur le chantier, j'ai utilisé un autre produit : Tempest de chez Boero. Très bon résultat !!
Après plusieurs jours de travail nous avons réussi à remettre la coque à nue. Ensuite opération de ponçage à la ponceuse orbitale aimablement prêtée par un chantier pro avec différents grains d'abrasif.
Nous avons retracé la ligne de flottaison. Nous avions fait des relevés depuis le rail de fargue avant d'effacer la ligne d'origine.
Ensuite j'ai passé 5 couches de primaire époxy afin de protéger la coque. Puis 2 couches d'antifouling matrice dur de couleur rouge et pose d'un érodable gris avant la mise à l'eau.

Total : 17 jours d'un gros travail et la satisfaction d'avoir une coque nickel.

Opération 1 : Préparation de la surface

  1. Dans un premier temps nous avons décollé les bandes de la coque. Encore une surprise... l'ancien propriétaire avait repeint par-dessus les bandes, ce qui a rendu le décollage très difficile. Nous avons essayé des diluants, un pistolet thermique, sans grand résultats. Nous avons retiré celles-ci , pour une partie, à la lame de rasoir !!
  2. Nous attaquons maintenant la partie principale du chantier : obtenir la surface la plus lisse possible.

a. Passer l'ensemble des œuvres mortes à la ponceuse électrique à main avec un grain moyen.
b. Mastiquer pour reboucher tous les imperfections et les petits pettes.
c. J'ai confectionné un archer pour pouvoir poncer en suivant bien les courbes de la coque. J'ai utilisé une lame de parquet ( +/- 75 cm) qu'il me restait sur laquelle j'ai vissé 2 poignées boules achetées chez Bricotruc. A chaque extrémité j'ai collé du double face sur lequel j'ai tendu l'abrasif acheté en rouleau. Outil génial pour trois fois rien !!!
d. Et maintenant il ne reste plus qu'à alterner les phases de masticage et de ponçage. C'est la partie qui va déterminer la qualité finale de l'aspect de la coque. Bien regarder en lumière rasante pour voir la « planéité » de la coque.

Opération 2 : Préparation de la coque avant peinture

J'ai masqué à l'adhésif le tour des hublots de coque, la base du rail de fargue, les évents, les fixation de l'échelle de bain dans la jupe, etc.. J'ai fait le choix de rien démonter de l'accastillage.

Opération 3 : Mise en peinture sous couche

Le plus important, choisir un temps sec, sans humidité et pas de soleil direct sur la surface à peindre. Nous commencions le matin vers 10H30 du coté de la coque à l'ombre et nous finissions vers 15H00 de l'autre coté.
Nous avons choisi une peinture bi-composant pour une meilleure longévité et résistance (Perfection de chez International)

midi4midi5

  1. Nettoyage de la coque à l'acétone
  2. Peindre la sous couche au rouleau à laquer en croisant bien les passes. Nous avons fait le choix de ne passer qu'une sous couche.
  3. Laisser sécher au moins 24H00 (suivre les indications sur le produit)

Opération 4 : Application de la laque

  1. Nettoyage de la coque à l'acétone
  2. Préparation du mélange peinture durcisseur en suivant les indications du fabricant.
  3. Toute la qualité de l'aspect final de la laque se joue maintenant !!!

midi6

i. Il faut impérativement être deux, un pour le rouleau à laquer et un pour tirer la laque au pinceau mousse (en prévoir 4 ou 5).Nous avons utilisé un petit échafaudage mobile pour pouvoir tenir à deux et être à la bonne hauteur.

ii. On commence par le coté à l'ombre et par la poupe. Le premier passe la laque au rouleau verticalement en tirant bien la laque et en croisant légèrement les passes. Le second tire la laque verticalement, juste après son application, avec le pinceau en mousse. Ne pas attendre car la laque durcie vite. Surtout ne jamais revenir sur la partie qui a été tirée !!! Faire le tour de la coque et nous avons fini par la jupe

iii. Nous avons laissé sécher la première couche et nous avons procédé de la même manière pour la seconde couche de laque. En étant méticuleux et patient il n'y a rien de compliqué.

iv. Et maintenant, une pause, on prend du recul et on admire le travail effectué !

Opération 5 : Finition

    1. Nous avons retiré les bandes de protection.

midi1midi2

    1. J'ai posé la bande du haut , sous le rail de fargue
    2. Nous avons fait le choix de ne pas remettre une bande « Feeling » au niveau de la ligne de flottaison.

midi3

  1. Pour que cette ligne soit parfaite, nous avons fait réaliser et poser celle-ci par un peintre en lettre.

Et voilà un aspect de coque que nous trouvons superbe et aux dires d'un ancien peintre pro du nautisme qui travail sur la zone d'Arzal, la différence avec une peinture au pistolet est négligeable.

Didier.

Seuls les adhérents peuvent ajouter un commentaire.