Les dossiers 1090/40

Les instruments de la table à carte

En quelques années, le panneau d'instruments de la table à carte a beaucoup évolué, apportant au navigateur toutes les informations dont il a besoin, et lui permettant de prendre rapidement les bonnes décisions.

On se souvient du temps (les années 80), ou le navigateur devait sortir dans le cockpit pour aller lire la vitesse du bateau, et la direction du vent en jetant un coup d'œil à la girouette en tete de mat, et ou le barreur appelait désespérément le navigateur pour connaître l'indication de la profondeur, que celui-ci lisait sur l'écho sondeur de la table à carte, puis vociférait la mesure au barreur, qui lui, assourdit par le vent, interprétait souvent de travers. Je ne parle meme pas du temps jadis ou l'on sondait au plomb de sonde et ou on déroulait la corde à nœuds et le chrono pour calculer la vitesse du bateau.

Boisbarbu fait partie de ces voiliers modernes qui se sont dotés de l'electronique nécessaire pour l'aide à la navigation. A travers ces photographies successives de la table à carte, on en mesure facilement l'évolution.Instruments 2000

1999

Le bateau est sorti de chantier en automne 1993, et quand j'en suis devenu le propriétaire en été 1999, la table à carte était déjà dotée d'un répéteur de loch et de sondeur, d'un auto radio, d'un GPS, d'une radio BLU et d'une radio VHF.

2000

En 2000, pour la préparation de la traversée vers les Antilles, j'ai équipé Boisbarbu d'un radar, et d'un PC portable qui tomba rapidement en panne de disque dur, lors des 4 jours de bords de près un peu violent dans les iles du Cap Vert.

A noter toutefois, que le PC n'était pas doté de cartographie, mais était juste utilisé pour calculer l'horaire des marées, et pour décoder les cartes météo que recevait le récepteur BLU.

2001

Instruments 2001Lors de notre escale à St Martin, séduit par les shipchandlers bien achalandés, je craque pour un répétiteur de girouette anémomètre, et pour un compas magnétique me permettant de vérifier le cap du bateau sans avoir à sortir dans le cockpit.

L'usage des volumineuses cartes papier et de leur indissociable compas à pointe sèche et de la règle de Cras, restent indispensables à la navigation.

2003

Ce n'est que l'année de la secheresse que le PC portable de Boisbarbu est doté des cartes vectorisées et d'un logiciel de navigation performant. Je peux alors gouter à la facilité d'utilisation de cette cartographie électronique, tout en connaissant ses risaues et aléas. Le PC portable est posé sur la table à carte, vaguement assuré par 2 sandoz pour lui éviter de voler du coté cuisine à chaque coup de gite.

2004

Découpe de la table à carte pour y intégrer le PC portable et le fixer solidement par des pattes en inox. Il fait maintenant partie intégrante de la table. Inconvénients majeurs : sa fragilité aux chocs, sa forte consommation, l'inaccessibilité aux rangements de la table à carte.

2005

La décision est prise, j'investi dans un PC industriel faible consommation, résistant aux chocs, sans ouverture d'air pour éviter l'oxydation de l'air marin. L'écran du PC a pris la place centrale devant le navigateur, repoussant en haut à droite l'écran radar qui ne sert que pour les arrivées de nuit et dans les zones de forts traffic afin d'éviter les routes de collision. Fiabilité totale du nouveau PC lors de notre navigation en Turquie. Mais l'écran est génant, trop envahissant, et exposé aux chocs d'un équipier rendu maladroit par une forte gite.

2006

Il me faut intégrer l'écran du PC comme un autre instrument, dans le design du panneau d'instruments de la table à carte. C'est le travail que je mène pendant l'hiver 2006 à Eybens, en remaniant totalement l'implantation des instruments, puis au printemps 2006 à Bodrum, ou j'en profite pour optimiser tous les passages de cables derriere le panneau.

On obtient un ensemble beaucoup plus intégré, cohérent, avec :

  • les instruments de mesure à gauche : GPS, Répétiteur loch et sondeur, Répétiteur de vent,
  • l'écran du PC au centre, libéré de sa carcasse plastique encombrante
  • les outils de communication à droite : radio BLU, auto-radio, radio VHF

Intégré dans le panneau, j'ai fabriqué un circuit électronique centralisant tous les faisceaux de cable des instruments, et une commande rapide du PC, de l'écran, du GPS, de la BLU, du lecteur de CD, ainsi qu'une commande qui permet de diriger sur le haut parleur extérieur l'une des sources sonores : Radio, VHF, BLU.

Le vieux GPS a été définitivement supprimé, au profit du GPS portable qui a fait ses preuves depuis 5 ans tant du point de vue fiabilité, ergonomie, et faible consommation. Rangé dans un équipet, le vieux GPS peux néammoins etre remis en service facilement en cas de défaillance du premier.

Coté PC, j'ai également un PC portable en secours, en cas de panne du PC principal.

Et depuis le 1er Janvier 2006, devant la fuite des immatriculations de bateaux vers la Belgique, la nouvelle réglementation maritime française fait un grand pas : elle accepte pleinement la cartographie électronique.

Gérard

Seuls les adhérents peuvent ajouter un commentaire.