Les dossiers 1090/40

NAO: Navigation Assistée par Ordinateur

En matière d'électronique et d'informatique pour voilier, tout est possible, jusqu'au plus sophistiqué. Des centaines d'équipements et d'applications logicielles sont apparues sur le marché. Mais le trop est l'ennemi du bien. On peut facilement se noyer dans les logiciels multiples ou les interconnexions entre les instruments. Il faut surtout adapter sa solution à son programme, en recherchant la simplicité plutôt que la complexité. N'oublions pas que le but est de naviguer et de glisser sur l'eau en sécurité. Voici donc les choix que j'ai retenus pour mes croisières:

1 PC durci à faible consommation 

J'ai investi dans ce PC principalement pour sa faible consommation, son immunité aux chocs, son absence de ventilateur qui lui évite d'être traversé par de l'air salin.(voir les détails)

Les anciens PC portable consommaient environ 4 à 5A en 12v. Le PC de Boisbarbu consomme 1A, auquel il faut rajouter l'écran (seulement quand je l'allume : 2h par 24h) qui consomme 0,9A. Les PCs portables ont évolué et consomment 2,5 à 3A sous 12V. Dans le cas d'un PC portable, plutôt qu'un convertisseur 12v/220v, je conseille une alim allume cigare (12v) pour le PC. Le rendement est meilleur et la conso de l'ensemble est inférieure de 20 à 30%. Un avantage de mon PC, est d'être alimenté directement sur la batterie. Il tolère une tension d'alimentation de 9 à 30v. Au premier PC à bord, on se dit qu'on l'allumera qu'une heure ou deux par jour, pour les arrivées au port ou mouillage, puis rapidement, on le laisse tout le temps, pour enregistrer sa trace, pour connaitre sa position sur la carte, pour voir les autres navires AIS évoluer sur la carte, et pour toutes les applications bureautiques.

Mais attention au PC portable : au largue, ça va. Mais au près quand le bateau tape dans la vague, le disque dur ne fait généralement pas de vieux os. Le PC de Boisbarbu est monté sur silent blocks sur une cloison, et son disque dur est lui-même monté sur mini silent blocks. C'est un PC qui équipe les camions, ainsi que de nombreux bateaux de la mini-transat et du Vendée Globe.

Pour ceux qui préfèrent la tablette pour réduire la consommation et pour l'écran tactile, attention à trouver une tablette avec les interfaces qui vont bien, pour le GPS, les instruments, une clé USB, … Dans tous les cas, PC ou tablette, il devra être fixé de manière fiable à la table à carte, pour ne pas prendre son envol à la gite. Tant que ça vole, ça va, mais c'est l'atterrissage que ces merveilles d'électronique n'aiment pas.

GPS

GPS portable Garmin 76 de base, avec alarme de mouillage, sans antenne extérieure, devenue inutile avec les nouvelles générations de Chip GPS. J'ai choisi un portable, dont la consommation est bien inférieure à un GPS de console. L'autonomie des piles étant que de quelques heures, le GPS se connecte au 12v par un câble à prise allume cigare. Si on veut encore limiter la consommation, on peut opter pour une antenne GPS souris, mais on se prive de l'alarme de mouillage. C'est simple, cette petite antenne se colle sous un panneau plexi au-dessus de la table à carte.

1 logiciel de cartographie:

OpenCPN : gratuit, simple d'utilisation, bon interface utilisateur, options suffisantes en croisière. Si on veut le routage ou les cartes de courant, il vaut mieux passer à MaxSea.

Routage assisté:

J'ai testé le routage de MaxSea, pour le fun, mais rarement pour suivre vraiment ses indications de routage. Il reste pour moi un gadget, peu utile. D'autant que les fichiers Grib ont une fiabilité questionnable, surtout au cours des jours, en particulier en Méditerranée. Evidemment, celui qui est équipé d'un Iridium et peut récupérer les fichiers Grib quotidiennement, c'est différent. Le routage sera plus utile quand il intégrera les cartes de courant.

En attendant, je commence à utiliser BlueWater Racing et QtVlm. A suivre.

1 logiciel de réception des bulletins météo:

- Navtex, - RTTY, Fax météo : JVCOMM32 : (voir l'utilisation)    

Radio BLU

Sangean ATS 909 avec antenne filaire, connectée au PC par un cable audio. Ce récepteur BLU capte les émissions des stations météo, qui sont décodées par JVCOMM32.

Logiciel des marées

WxTide32 s'avère assez précis (à 20cm près) par rapport à l'almanach des marées.

Cartes des vecteurs de vent

: zyGrib. Les fichiers Grib donnant les vecteurs de vent toutes les 3 heures sur une durée prévisionnelle de 5 à 7 jours, sont fournis par nos amis nord-américains. Je lui trouve quelques avantages par rapport à son prédécesseur uGrib: - Logiciel portable, donc éxécutable depuis une clef USB, - Beaucoup plus de données climatiques (pluie, nuages, températures, …), - Données en altitude, - Echelle des temps très lisible, - Paramétrage des unités, - Convertisseur de coordonnées.

Clé 3G ou Wifi

pour les fichiers grib, la météo et le mail. C'est pour moi un jeu de capter Internet depuis Boisbarbu chaque fois que je suis dans un port ou un mouillage. Ma petite antenne Wifi amplifiée et très sensible me permet de capter des réseaux Wifi publics ou privés, à une distance d'environ 500m, parfois 1km. Je sélectionne les réseaux non sécurisés et teste chacun d'entre eux pour réaliser la meilleure connexion à Internet. En cas d'échec, j'ai recours à une clé 3G+ connectée à un port USB du PC, qui me fournit une connexion Internet au travers du réseau téléphonique mobile et m'autorise un volume trimestriel d' 1 Gb de données à transférer, ce qui est largement suffisant pour les fichiers Grib, mails et messages Skype.

Le GPS extérieur

avec cartographie : Un Garmin Oregon avec écran et chargé des cartes marines Blue Charts, m'apporte une aide précieuse en rase cailloux, pour les approches. La route détaillée est préparée sur le PC du bord, puis chargée sur le GPS Oregon. Ce GPS fixé au poste de barre, m'apporte une bonne réactivité quand un aller-retour à la table à carte serait dangereux pour veille rapprochée.

AIS émetteur/récepteur

class B, pour voir et être vu. L'AIS nécessite l'installation d'une antenne VHF dédiée et d'une antenne GPS extérieure : donc du câblage. C'est tout de même beaucoup plus confortable de voir les bateaux et balises AIS sur la carte électronique, que de lire leur position sur la VHF/AIS. Particulièrement utile dans les rails, traversée de la Manche, Gibraltar, ... Boisbarbu étant vu sur l'écran AIS des cargos, il est courant de voir l'un d'entre eux dévier sa route de quelques degrés pour éviter la route de collision. Depuis l'installation de l'AIS, j'ai délaissé le MerVeille qui ne donne qu'une indication approximative du secteur ou un navire avec radar se présente.

Connexion du pilote:

une fois tout cela installé, j'ai néanmoins choisi de ne pas relier le PC ni le GPS au pilote automatique. Une fois ma route tracée sur le PC, la veille de chaque étape, je vois mon écart de route sur l'écran, et je demande au barreur ou au pilote de corriger (+2, +5°, …). Diriger le pilote avec le PC directement ou avec le GPS directement me semble du domaine du gadget. D'autant que cette possibilité peut conduire à un accident, en cas d'erreur de manip'. Je préfère suivre régulièrement (toutes les 2 heures pour une traversée, ou toutes les 2 minutes en rase cailloux) ma route, ses écarts, et donner la correction au barreur ou au pilote.

Gérard

Seuls les adhérents peuvent ajouter un commentaire.