Dossiers 1090/1040

Dossiers autres modèles

La barre et le safran

Comparatif de 2 pilotes inboard

Pilote automatique Ray Marine EV200: grosse déception

Tout d'abord le contexte: comment suis je arrivé à faire cette étude comparative détaillée des 2 pilotes automatiques inboard: Ray Marine et NKE ?

Le pilote NKE de mon Feeling 1090 étant assez ancien: il date de 1997, j'ai décidé de doubler son électronique afin d'avoir une solution de secours le jour ou il tombera en panne. J'ai longuement hésité à le remplacer par un NKE de nouvelle génération ou par un pilote de marque différente et plus largement distribué, tel qu'un Ray Marine, afin de bénéficier d'une autre expérience de pilote automatique. Sillonnant les allées du Nautic de Paris entre les stands NKE, Ray Marine et ses revendeurs, je fini par me laisser convaincre par Ray Marine dont on me vante les mérites et me certifie que pour un voilier comme le mien, il fera un boulot équivalent, voire mieux vu qu'il est d'une génération beaucoup plus récente, et donc plus performante.

J'achète donc l'électronique du pilote Ray Marine EV200, pour le connecter sur le groupe hydraulique de mon voilier. Le vendeur et le technicien de Ray Marine me certifient que l'EV200 est parfaitement compatible et performant avec mon groupe hydraulique: pompe et vérin LS40ST (Lecomble et Schmidt), ainsi qu'avec mon programme de navigation: croisière côtière et hauturière 3 mois d'été en Europe du nord.

verinls40st01verinls40st02

Spécifications des 2 pilotes

NKE: Gyropilote NKE version 1.1, année 1997

Calculateur NKE 1, pupitre de commande NKE 1, capteur Gyropilot:

nke03nke02

nkecapteurgyro

Ray Marine: EV200, année 2016

Unité de puissance ACU200, pupitre de commande P70, capteur/calculateur EV1 et capteur d'angle de barre:

rayacu01rayp7002

raycapteur01capteursanglebarre

Conditions de test

Cet été, nous avons navigué de Bretagne vers le sud-ouest de l'Irlande, en passant par les Scillys. Navigation classique avec 2 traversées de 24 heures et des vents et une mer raisonnables. Jamais dépassé les 30N de vent au portant. La mer généralement belle à peu agitée a parfois été agitée à forte. Ayant 50000 milles au compteur de mon Feeling 1090, je le connais parfaitement et sais très bien équilibrer les voiles pour que le pilote automatique travaille le moins possible. Nous naviguons en couple et avons l'habitude de longues traversées en nous fiant totalement au pilote, par toutes conditions. Le pilote est pour nous un équipier parfaitement fiable, en qui nous faisons confiance.

Quelle ne fut pas notre surprise, cet été, de subir des empannages intempestifs, sous pilote Ray Marine, alors que la mer était peu agitée à agitée, par vent de 3/4 arrière (grand largue). Impossible de faire confiance à ce nouveau pilote Ray Marine, installé l'an dernier. Alors que durant les 17 dernières années, nous avons navigué en toute confiance avec notre le pilote NKE des années 90, y compris dans de longues traversées d'Atlantique et de Méditerranée.

De par ma formation et profession scientifique dans l'électronique, j'ai l'habitude de faire des tests et des mesures et connait l'importance des conditions initiales qui doivent être respectées dans un test comparatif.

Au retour des Scillys vers l'Aber Wrac'h (110 milles sur un cap géographique de 156°), le 15 juillet 2017 (vous pourrez vérifier la météo), nous avons les conditions idéales: grand largue, route à 120° du vent vrai, vent: 16N vrai, mer agitée, vitesse surface: 7N, sous GV de 27m2 et GSE de 43m2 bien équilibrée. Je décide donc de tester pendant une heure chacun des 2 pilotes dans cette allure particulièrement stable, donc dans les mêmes conditions. Conditions tout à fait clémentes, donc faciles pour les pilotes. Le passage d'un pilote à l'autre m'est très facile grâce à un système de switch inverseur qui me permet de passer de l'un à l'autre en 2 minutes.

Voici le tableau comparatif:

  RAY MARINE NKE
Mode Trace (basé sur le cap compas) Compas
Gain mode Croisière (sur 3 modes qui sont: Loisir, Croisière, Performance) gain 5 (sur une échelle de 1 à 9)
Paramétrage le paramétrage du gain est peu explicite (Loisir, Croisière, Performance) On peut paramétrer le gain, la linéarité de la girouette, la vitesse de virement, la réaction à la vitesse du bateau, ...
Mouvements de barre Grands mouvements assez lents de + ou - 90°

Petits mouvements rapides et rares de + ou - 30°

Sobriété dans les mouvements de la barre

Le sillage du bateau Trace sinueuse trace rectiligne
Amplitude de cap, mesurée sur le compas électronique de 136° à 171°: 35° d'amplitude de 148° à 158°: 10° d'amplitude
Amplitude de l'angle de barre: angle de secteur de barre, ou angle du safran. de 11° bâbord à 4° tribord: 15° d'amplitude de 5° bâbord à 1° tribord: 6° d'amplitude
Amplitude des mouvements de barre à roue voir les vidéos ci dessous et comparez
Réaction à début de départ au lof

Ne contre pas assez tôt le départ au lof. Il laisse donc le bateau partir au lof.

Au retour, il revient lentement sur sa route puis la dépasse vers le vent arrière. Laisse faire un empannage une fois par heure

Anticipe le départ au lof, sans doute grâce au gyromètre et tient le bateau dans son cap avec peu de mouvements de barre

Ne va jamais à l'empannage et barre très bien à la vague.

Télécommande

Pas de bouton + ou - 10°

Autonomie des piles: 2 mois

Pas de display. Bouton + ou - 10° très appréciable

Autonomie de la pile: 5 ans

 Pupitre de commande Ecran très lisible et joli, cohérent avec les autres écrans Ray Marine. Ecran petit et peu contrasté, après 20 ans d'utilisation.
Consommation électrique, mesurée sur une batterie de 110Ah avec le controleur Link100 et confortée par une mesure à l'ampéremètre sur l'alimentation du pilote. 3,2Ah / heure 2,2Ah / heure

Vidéos

Ces 2 vidéos ont été prises à 5 minutes d'intervalle, dans des conditions de mer et de vent identiques. On remarque la différence dans les sillages, et dans les réactions de la barre. Les différences de consommation en découlent.

Ray Marine: Mouvements amples et lents de la barre, ainsi que lacets dans le sillage. Consommation: 3,2A.

NKE: Mouvements sobres et rapides de la barre, ainsi que stabilité du sillage. Consommation: 2,2A.

Amplitude des mouvements de barre

                                    Ray Marine                                                                   NKEbarreraymarinebarrenke

Consommation

                                    Ray Marine                                                                   NKE amp00raymarineamp00nke

En conclusion

Le pilote NKE me semble largement supérieur au Ray Marine, bien que d'une génération beaucoup plus ancienne:

  • Fiabilité: on peut lui faire confiance pour qu'il ne fasse pas un empannage ou un départ au lof
  • Consommation: il consomme bien moins que le Ray Marine, ce qui est visible par ses mouvements de barre plus sobres, et sa trajectoire beaucoup plus rectiligne.

A lire aussi, le comparatif de Voile Magazine n° 260, d'aout 2017.

 Gérard.

Seuls les membres du Club peuvent ajouter un commentaire.

Appel à contribution

Les dossiers sont très utiles, car ils sont le fruit de vos expériences, grandes ou modestes. Quelque soit la réparation, la modification, l'aménagement, l'amélioration que vous avez réalisée, demandez moi à publier votre contribution. Merci.